Naissance de la fondation “L’IA pour l’école” 

A l’occasion d’une rencontre organisée à l’Assemblée Nationale par le député de la 6eme circonscription du Gard, Philippe BERTA et animée par le journaliste et écrivain Eric NAULLEAU, sur le thème « quelle place pour le professeur dans l’Ecole de demain ? » l’association “L’IA pour l’école” crée par Guillaume LEBOUCHER a annoncé son changement de statut pour devenir une fondation placée sous l’égide de l’Institut de France.

Naissance de la fondation “L’Intelligence Artificielle pour l’école” pour la promotion d’un enseignement humaniste et responsable de l’Intelligence artificielle pour nos enfants

Présidée par Xavier DARCOS, chancelier de l’Institut, cette fondation a pour vocation première d’aider l’école à devenir le lieu d’éducation responsable et citoyenne de l’Intelligence Artificielle. Elle se veut un espace ouvert de rencontres et de partages destiné au monde de l’éducation pour faire ensemble de l’IA une réalité performante, éthique, citoyenne, à la portée de tous.

Persuadée que l’école d’aujourd’hui et de demain doit considérer l’IA comme une opportunité d’humanité et de citoyenneté en développant une juste compréhension de sa nature et de son fonctionnement, la fondation IA pour l’école vise plusieurs objectifs :

  • Dépassionner et désenclaver le débat sur l’IA.
  • Permettre une appropriation confiante par une information pédagogique adaptée.
  • Favoriser une culture humaniste de l’IA et développer des comportements critiques, responsables et confiants.
  • Faire de l’IA un enjeu d’enseignement au cœur des programmes.
  • Proposer une approche pédagogique des concepts fondamentaux de l’IA : algorithmes, data science, métadonnées, etc…

L’objectif in fine consiste autant à éveiller les consciences sur l’émergence de cette révolution numérique qu’à donner le plus tôt possible aux élèves français, futurs acteurs de demain, les outils pour s’approprier les usages de l’Intelligence Artificielle et en faire un instrument au service de la croissance et d’une économie de la connaissance.

« Les mutations induites par l’IA sont si rapides que nos systèmes éducatifs et nos programmes scolaires n’ont pas encore bien pris la mesure des bouleversements qu’elles vont engendrer, a déclaré Xavier Darcos, chancelier de l’Institut et président de la fondation L’IA pour l’école. C’est pourquoi, au moment où la Loi pour l’école de la confiance est en cours de discussion au Parlement, nous lançons un appel pour faire entrer l’IA à l’école avec une ambition unique, qu’elle soit placée au service de l’élève et du professeur. L’IA doit être à la fois présente comme technologie auxiliaire de l’enseignement et comme discipline ».

« L’intelligence c’est l’imprévisible, disait le regretté Michel Serres qui était justement le philosophe de la science optimiste, a déclaré Guillaume Leboucher, entrepreneur du numérique à l’origine de l’association IA pour l’école. Notre démarche s’inscrit dans cette vision, pour créer des ponts entre ce nouveau monde et tous les acteurs de l’éducation que sont les éducateurs et les chercheurs ». 

Leave a Reply