La Fondation l’IA pour l’Ecole soutient la Chaire de recherche HEN

La Fondation l’IA pour l’Ecole a le plaisir de soutenir la Chaire de recherche HEN (Handicap, Education et Numérique) de l’Institut National Supérieur de Formation et de Recherche pour l’Education des Jeunes Handicapés et des Enseignements Adaptés (INSHEA). Ce don, à hauteur de 5000€, servira à financer le projet PROTELE : étudier l’utilisation des robots de téléprésence chez les élèves handicapés.

La Chaire de recherche HEN, nouveau projet de l’INSHEA

L’Institut National Supérieur de Formation et de Recherche pour l’Education des Jeunes Handicapés et des Enseignements Adaptés fut créé par la loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. C’est un établissement public national qui vise à la formation et à la recherche dédiées aux besoins éducatifs particuliers. Se trouvant sous la double tutelle du Ministère de l’Education nationale et de la jeunesse, et du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, il apporte son concours à la définition et à la mise en œuvre des politiques relatives aux situations de handicap ou de grandes difficultés scolaires.

Le lancement de son projet de chaire « Handicap, Education, et Numérique » (HEN) est prévu pour le quatrième trimestre 2020, pour une durée de quatre ans minimum. La Chaire se trouvera sous la gouverne de Isabelle Queval, professeure des universités en sciences de l’éducation et de la formation à l’INSHEA et directrice du Ghrapes (Groupe de recherche sur le handicap, l’accessibilité et les pratiques éducatives et scolaires). Ancienne sportive de haut niveau en tennis, et agrégée de philosophie, elle a consacré sa thèse à la notion du dépassement de soi.

La Chaire bénéficie de divers partenaires, tant universitaires que financiers : l’Université du Québec, l’Ecole normale supérieure de l’Université de Yaoundé 1… La Fondation l’IA pour l’Ecole a le plaisir d’ajouter sa pierre à cet édifice ambitieux.

Quelles ambitions pour la Chaire de recherche HEN ?

La chaire HEN s’inscrit dans les priorités éducatives telles que définies par l’UNESCO : scolariser tous les enfants sans exception, améliorer la qualité de l’éducation, et enfin encourager la citoyenneté mondiale – le tout sous le prisme de l’handicap et des élèves à besoins éducatifs particuliers.

Pluridisciplinaire, l’équipe de recherche vise ainsi à mettre en œuvre des actions de recherche, de formation et de production d’outils associés à cette fin souhaitée. Plus spécifiquement, la Chaire de recherche HEN se focalise sur l’utilisation de ressources numériques innovantes pour l’éducation.

Chaque année, des milliers d’enfants porteurs d’handicap sont privés de rentrée scolaire ou scolarisés dans des conditions insatisfaisantes. Or, le numérique offre de nouvelles possibilités en matière d’inclusion : accessibilité des lieux, des transports, des services, à l’éducation, à la formation… ll s’agit ainsi pour la Chaire d’étudier le spectre de ces différentes options innovantes. Ce faisant, elle vise à impulser, dynamiser et structurer des améliorations notables en termes de renforcement des capacités (formations de formateurs, diplômes universitaires…), de transferts des connaissances (actions locales, enseignements et colloques), et de resserrement des liens entre universités et autres établissements d’enseignement supérieur (partenariats scientifiques, et élaboration de formations).

Le projet PROTELE

La Chaire de recherche HEN propose différents axes, au sein desquels se décomposent plusieurs projets. La Fondation l’IA pour l’Ecole a l’honneur de soutenir le projet PROTELE, qui étudie l’usage des robots de téléprésence en milieu scolaire.

Au départ conçus pour permettre à des personnes adultes de travailler à distance au sein de leur société, les robots de téléprésence ont depuis quelques temps été introduits dans les salles de classes pour permettre à des enfants malades d’assister à leurs cours et d’interagir avec leurs camarades. Ils sont également employés de manière accrue à des fins pédagogiques. Pour des cours de langue dans des pays où les enseignants ne peuvent pas se rendre dans les établissements, par exemple, ils présentent des avantages notables.

Ils font pourtant l’objet de peu d’études en France. Le projet PROTELE comprend ainsi deux volets. Le premier analyse la dynamique collective lors de la mise en place de ces robots dans les établissements. Le second, plus pédagogique, s’intéresse aux caractéristiques des élèves bénéficiant d’un robot de téléprésence, et à leur accompagnement scolaire.

Dans quel environnement ce dispositif de robots de téléprésence s’inscrit-il ? Quel sens les acteurs internes et externes à l’établissement donnent-ils à ce nouveau dispositif ? Quels sont les effets de cette transformation des cadres d’interprétation et des décisions de modes d’actions communs sur les pratiques individuelles des enseignants ? Ou, encore, qu’est-ce qui est susceptible de faire obstacle à, ou bien favoriser, la communication entre les partenaires ? Autant de questions auxquelles répondra cette recherche, à travers divers entretiens et observations de salles de classe. Avec ce don de 5000€, la Fondation l’IA pour l’Ecole espère contribuer à cette thématique si riche et, ainsi, permettre l’émergence de meilleures solutions numériques inclusives.

Leave a Reply